Notre histoire

Voici un bref historique concernant l'orchestre de L'Indépendante des Arcs.

150 ans de musique !

C’est en 1865 qu’un certain Jules Tistet lança la bonne idée de regrouper les musiciens locaux et de fonder une société musicale aux Arcs. L’idée fut accueillie avec enthousiasme. En 1868, l'orchestre donne son premier concert sous la direction de M.Palanque, ex chef militaire venu se retirer aux Arcs. En juin 1873 « L’Indépendante » participe à Cannes à un concours international et remporte le 2e prix. Jacques Offenbach, le prestigieux compositeur de « La Belle Hélène », qui préside le jury, pense que les arcois méritaient la première place et leur offre une bannière. Ce bel objet est conservé dans un cadre dans la salle des mariages de l’hôtel de ville. Les années passent et l’on accumule les honneurs ; Régates de Saint-Raphaël (1878), Festival de Draguignan (1888), Festival de Brignoles (1892), etc. La société se met en sommeil durant la période troublée de la Première Guerre Mondiale, et repart de plus belle à l’époque 1920-25… où elle compte jusqu’à 140 exécutants. Depuis, l'orchestre continue tranquillement son chemin, son répertoire se modifiant au fil des années, intégrant divers styles musicaux ; Jazz, rock n'roll, chanson française... Aujourd'hui, c'est même le générique de la célèbre série Game of Thrones qui est au programme !

Le kiosque des Arcs

Dans les années 1920 les musiciens arcois envisagent la construction d’un kiosque. La souscription est donc lancée, avec l’appui de MM. Paul Simon, maire des Arcs, Emile Gastinel, directeur de la société , Alfred Boyer, ancien chef de l’Indépendante et M.Victor Roux, vétéran de 1878. En quelques mois le comité collecte 22.996F versés par 513 personnes. Les 18.000F manquants sont pris en charge par la coopérative vinicole et la mairie. Le 26 juin 1932, c’est l’inauguration en grande pompe à laquelle participent 200 musiciens des Arcs, Draguignan, Vidauban et Lorgues. Au concert d’ouverture, dirigé par M.Melan, des œuvres d’Offenbach, bien sûr. Une mémorable journée pour les arcois ! Plus récemment, la place du village a été rénovée, et le kiosque en est resté le point central. Venez donc siroter un verre aux terrasses, à l'ombre des platanes, et nous écouter jouer dans ce joli kiosque !

Mentor Jacques Offenbach

Émule de Rossini et de Mozart, il est le créateur de l'opéra bouffe français, que l'on confondra par la suite avec l'opérette, genre dans lequel il excelle également mais dont on doit la paternité à son rival – et néanmoins ami – le compositeur-interprète Hervé. Parmi la centaine d'œuvres qu'il compose en 40 ans d'activité, plusieurs sont devenues des classiques du répertoire lyrique, d’Orphée aux Enfers (1858), son premier grand succès, grâce notamment à son « galop » infernal, aux Contes d'Hoffmann (1881), en passant par La Belle Hélène (1864), La Vie parisienne (1866), La Grande-duchesse de Gérolstein (1867) ou Les Brigands (et le fameux « bruit de bottes » des carabiniers qui arrivent « toujours trop tard ») (1869). Son succès populaire est l'objet de nombreuses jalousies et critiques. C'est ainsi que Théophile Gautier propage son image de jettatore (jeteur de sorts) qu'il avait lui-même créée.